Genealogie | Artiste | Peinture | Sculpture | Musique | Litterature | Artisanat
MENU
INFORMATIONS
PARTENAIRES
 

Mireille Malézieux

Biographie Généalogie

Mireille Malézieux : biographie

Mireille Malézieux
Mireille Malézieux

Mireille Malézieux

Né(e) le : 1895-09-02 à Saint-Quentin
Décédé(e) le : 1983-05-02 à Bois-Guillaume



Prenom(s) - Mireille
Famille - Malezieux.

Mireille Malezieux Peintures et sculptures dessin et musique

Mireille Malézieux est née le lundi 2 septembre 1895. Elle est la fille légitime d'Albert Malézieux, Artiste musicien, architecte, homme de lettres et fin crayon, âgé de 49 ans et de Marie Albain, âgée de 42 ans. Ses soeurs vivantes sont : Suzanne Malézieux (née en 1879), Antoinette Malézieux (née en 1889).

Son père Albert Malézieux meurt le 28 octobre 1908, Mireille Malézieux est âgée de 13 ans.

Sa mère Marie Albain meurt le 9 mars 1909, Mireille Malézieux est âgée de 13 ans.

Sa sœur aînée Suzanne se marie le 14 octobre 1902 à Saint Quentin avec Joseph Garnier, né le 22 juin 1879. Après son mariage le couple a dû s’installer à Arras au 22 boulevard Crespel. Mireille est souvent invitée chez sa sœur à Arras. Sa mère Marie Malézieux Albin lui envoie une carte postale à Arras, certainement avant octobre 1908, car le texte laisse supposer que le père, Albert, était encore vivant, pour lui dire qu’elle lui manque :

« Chère Mireillette,
Je m’ennuie de ne pas recevoir de lettre de toi. Tu sais bien que j’aime à te lire et que je suis privée de ne pas t’avoir auprès de moi. Je t’aime toujours beaucoup et voudrais une petite lettre de mon petit oiseau chéri.
M. Malézieux
Dans la marge : Embrasse ton frère et ta sœur pour nous. Antoinette me dit que Tom Pouce est en excellente santé. »

Le frère et la sœur sont Joseph et Suzanne. Tom Pouce est sans doute un animal familier de la famille.

La disparition de ses parents est un grand choc pour Mireille, et elle a beaucoup de mal à se remettre de ces deux deuils en moins d’un an.
Sa sœur Antoinette épouse le 10 septembre 1913 à Bondeville près de Rouen Edouard Henri Marie PINEL. Pour des raisons que nous ignorons, Antoinette, après le décès de ses parents serait venue s’installer à Elbeuf avec sa jeune sœur Mireille âgée de 13 ans qui restera avec elle jusqu’au printemps 1912.
La détresse psychologique de Mireille émeut ses amies qui lui écrivent pour l’assurer de leur fidèle amitié.

Ainsi, Alice Demerliac, artiste peintre, (27/03/1890 Oise – 16/11/1949 Rouen) qui épouse Adolphe Dubois à Elbeuf le 4 avril 1913, écrit à Mireille une charmante lettre le 16 juin 1911 suivie d’une belle aquarelle représentant la rue menant à l’Abbatiale Saint-Ouen à Rouen. (Voir annexes)

« Ne sommes nous pas un peu sœur, chère Mireille, par la communauté de nos affections et le partage des mêmes peines et des mêmes joies. Ensemble, ne jouissons-nous pas aussi du grand art de tes chères sœurs.
Tant de choses nous ont réunies durant ces quelques années que nous ne pourrons nous oublier ; et, commencée d’une telle façon, mon amitié pour toi ne pourra que se fortifier et être des plus sincères et des plus durables.
Alice Demerliac
Elbeuf, 16 juin 1911 »

Les parents d’Alice Demerliac écrivent aussi à Mireille :
La mère :
« Je pourrais vous dire tout le bien que je pense de vous, ma chère petite Mireille, mais vous aimant beaucoup , comme une vieille maman, j’aime mieux essayer de vous donner le secret du bonheur.
Continuez donc à être bonne et simple et aimez par dessus tout votre devoir. C’est, soyez sûre, la grande force de la vie, et le meilleur moyen de la traverser, de la façon la plus heureuse.
B. Demerliac
Juin 1911 »
Le père :
« Vous savez, ma chère petite Mireille, que je n’ai pas l’habitude de faire de longues phrases et que je dis toujours bien sincèrement ce que je pense. Croyez bien que je regrette beaucoup de vous voir partir loin de nous, et que je souhaite de tout cœur que la vie vous apporte tout le bonheur que vous méritez. N’oubliez pas le vieux grognard qui est heureux de vous appeler sa petite amie.
Elbeuf 26 mars 1912
L. Demerliac »

La famille Dufayet d’Elbeuf laisse aussi deux lettres à Mireille, alors qu’elle va quitter cette ville. (voir annexe) Ces lettres ne sont pas datées.
La première est de Suzanne Dufayet :
« Je conserverai de votre touchante affection, ma chère Mireille, un souvenir attendri !
J’espère que la séparation ne changera pas vos sentiments et je souhaite de tout cœur que ma fidèle amitié vous fasse un peu de bien et vous procure quelques joies !
Suzanne Dufayet »

La seconde est de G. Dufayet, on peut supposer le mari de Suzanne :
« Pendant ces deux années, j’ai pu, ma bonne petite Mireille, apprécier votre gentil caractère et votre grande complaisance.
Vos qualités vous ont valu, à Elbeuf, de nombreuses sympathies, grâce à elles, vous avez conquis toute mon affection.
G. Dufayet »

Nous trouvons toutes ces lettres dans le livre d’Or de Mireille Malézieux (Collection particulière ).

Nous y trouvons aussi une partition de musique originale et manuscrite de Georges Malézieux, dit Géna, qui était le frère cadet d’Albert Malézieux et donc l’oncle direct de Mireille Malézieux. Il s’agit du poème « L’Hirondelle » de Lamartine mis en musique par Géna.
Sur la première page on peut lire en en-tête :
« Ma chère Mireille,
Ton oncle est fort heureux de transcrire dans ton album sa musique sur la délicieuse poésie de Lamartine , l’Hirondelle.
G. Malézieux. »

Sur la dernière page l’épouse de Géna, Berthe Malézieux, écrit à sa nièce :
« N’oublie pas, ma chère Mireille, que la prière est la rosée qui rafraîchit notre cœur.
B. Malézieux. »

Nous ne savons rien de la suite de la vie de Mireille Malézieux.

Peintres et Sculpteurs

[Haut de la page]

 
© Peintres-et-Sculpteurs.com - Paris-Brest.com

Conformément à la loi informatique et libertés du 06/01/1978 (art.38 et suivants), vous disposez d'un droit d'accès, de radiation et de rectification des données vous concernant sur simple demande écrite à cette adresse